Une entreprise a tout à gagner avec la transformation numérique

Recevez la newsletter Moovapps
Partager sur linkedin
Partager sur twitter

François Geandarme est l’expert diagnostic TNGV et Grand R — une démarche et une plateforme de coopération, humaine et digitale, pour accompagner les dirigeants du diagnostic à la transformation numérique — de Visiativ. Il réalise auprès des entreprises les diagnostics et aide les clients à définir leur feuille de route numérique, en apportant un regard externe sur la conduite du changement. Pour nous, il revient sur l’intérêt de la digitalisation en milieu professionnel.


Quels sont les arguments en faveur de la transformation numérique dans une entreprise ?

Lorsqu’une entreprise avec laquelle nous sommes en contact se montre hésitante, nous lui expliquons que c’est compréhensible, mais qu’il s’agit d’une absolue nécessité. Nous lui faisons prendre conscience que si elle ne se lance pas aujourd’hui, elle devra le faire demain. Et que les chantiers risquent alors d’être colossaux. La transformation numérique s’impose en effet de par l’environnement dans lequel nous nous trouvons. Le digital est présent dans le quotidien de tous. Une entreprise ne peut pas se couper de cette dimension, alors qu’elle a tout à y gagner : une plus grande efficacité opérationnelle, des ventes boostées, des échanges optimisés avec les clients et les prestataires, une meilleure communication interne…

 

Il est donc important d’être convaincu pour réussir une transformation numérique ?

C’est indispensable : la transformation numérique ne peut fonctionner que si le dirigeant a pris conscience de son intérêt, de ce qu’il a à y gagner, de la productivité supplémentaire qui peut être atteinte, de l’amélioration potentielle de la communication interne. C’est d’autant plus important que ceux qui arrivent sur le marché du travail sont des digital natives, qui ne comprendraient pas que l’entreprise ne soit pas elle-même digitalisée. Il y a un enjeu d’image très important pour la pérennité d’une activité. Il y a vraiment un double enjeu : attirer de nouveaux talents, et développer une nouvelle proximité avec son écosystème.

 

Quelles sont les étapes à suivre, pour démarrer cette transformation ?

La première étape, et sans doute la plus importante, c’est la réalisation d’un diagnostic sur le niveau de transformation numérique de l’entreprise. C’est quelque chose que les dirigeants n’ont pas forcément le temps de faire eux-mêmes. Externaliser cette tâche, cela permet une prise de recul que l’on n’a pas forcément lorsque l’on gère une entreprise. Il s’agit de faire le tour des services, de discuter avec les collaborateurs, d’étudier ce qui a déjà été mis en place, de voir ce qui marche, ce qui ne fonctionne pas, ce qui est attendu, ce qui est craint… Et ce, afin de mettre en place un plan d’actions à mener, accompagné d’une priorisation des tâches, aboutissant à un cap stratégique. Le diagnostic est vraiment la première étape indispensable d’une transformation numérique.

 

Evaluez votre maturité numérique avec Moovapps


Qui doit être impliqué dans une transformation numérique ?

Le digital est un outil au service du cap stratégique de l’entreprise que donne chaque dirigeant. Cependant, les solutions digitales nourrissent une vision, ils n’en sont pas la concrétisation. Cela signifie que pour réussir une transformation numérique, il faut trouver des relais en interne, des collaborateurs motivés qui agiront comme des ambassadeurs des nouvelles solutions. Ils contribueront au diagnostic, partageront le ressenti des autres employés, aideront à définir plus justement les besoins et les attentes opérationnelles. Pour les trouver, c’est simple : il faut lancer un appel à candidatures en interne. Ceux qui ont envie de s’impliquer ne manqueront pas de se manifester.

 

Faire un diagnostic de transformation numérique, c’est long ?

Cela prend une dizaine de jours de travail. C’est le temps nécessaire pour réaliser les entretiens avec les collaborateurs, étudier les process, puis aboutir à une feuille de route, priorisée et adaptée aux besoins de l’entreprise. La plupart du temps, cette dernière vient d’ailleurs confirmer des sujets déjà présents dans l’esprit du dirigeant. Mais elle en apporte une nouvelle lecture. Et très souvent, la feuille de route offre des axes de travail inédits, auxquels le dirigeant n’avait pas forcément pensé. Les dirigeants apprécient d’ailleurs, dans le diagnostic, d’aboutir à une formalisation de la transformation numérique. Cela permet de lancer le processus, et donc pas juste d’évoquer le sujet sans vraiment démarrer.

 

La dimension « formation » d’une transformation numérique est importante ?

Je n’aime pas trop ce terme, que je trouve trop académique, trop générique. Je préfère parler d’un apprentissage de différents cas d’usages, d’accompagnement au changement. Cela permet aux collaborateurs d’être embarqués dans cette démarche, de comprendre l’utilisation d’une nouvelle solution dans le cadre d’une entreprise. Cela donne un cadre, un contexte, des règles et de nouveaux réflexes. C’est important : sans ce cadre, il peut y avoir mise en danger des process, des données et du patrimoine informationnel. L’outil peut révolutionner les habitudes, mais ne doit pas mettre en péril l’entreprise par ses possibilités.

 

Comment embarquer tous les collaborateurs dans la transformation numérique ?

La communication interne est primordiale : pourquoi de nouveaux outils ? Pour faire quoi, pour qui ? Quel agenda de déploiement ? Quels gains attendus ? Qui est impliqué ? Toutes ces questions, ce sont des interrogations classiques chez les collaborateurs. Elles ne peuvent pas rester sans réponse. Il faut expliquer, réexpliquer, mettre en place un accompagnement. Tous les profils sont susceptibles d’être embarqués dans la transformation numérique, même les plus éloignés de la pratique du numérique : il faut juste prendre le temps de tout mettre sur la table et de ne laisser aucune zone d’ombre. C’est d’autant plus vrai que la façon dont nous concevons ce processus repose sur la notion de « Quick Win », permettant des gains rapides, concrets, avec des jalons à court terme. Il ne faut donc rater aucune étape.

 

À propos de François Geandarme
En charge des Diagnostics numériques – Visiativ

A l’issu d’un parcours le menant à une formation d’Ingénieur au sein de l’Université Technologie de Compiègne (U.T.C.) en Génie Mécanique, François a rejoint Visiativ, il y a plus de 20 ans au sein du pôle Distribution comme Ingénieur d’applications. Pendant de longues années, François s’est confronté aux différentes problématiques du monde industriel et a pu prendre conscience de l’importance grandissante du Numérique. Depuis 5 ans, il est à l’initiative de la définition et du développement de l’activité Diagnostic. Cette Démarche Diagnostic autour du numérique, a pour objectif de faire prendre conscience aux dirigeants de la nécessité de transformer leur entreprise en leur fournissant une feuille de route axée sur des actions concrètes.

 

Ces articles pourraient vous intéresser

Abonnez-vous à la newsletter Moovapps et recevez tous les mois les dernières tendances, astuces et bonnes pratiques !

Restons en contact : abonnez-vous au blog Moovapps !